[Réaction à chaud] 13 panneaux de moins dans le contrat de la ville.

demontagePubGrenoble - 10 mars 2015Photo d’un démontage de panneau à Grenoble


Notre mobilisation n’a pas été vaine mais ne nous comptons pas nous arrêter là. Nos regards, nos pensées et l’espace public ne se négocient pas. Merci à l’ensemble des citoyennes et citoyens qui ont signé notre pétition, vous pouvez continuer à le faire ici :

Vu la lenteur de prise de conscience et de réaction des pouvoirs publics, n’attendons pas pour que les choses changent. Recouvrons les pubs près de chez nous, barbouillons les panneaux au blanc de Meudon : http://recouvrons.antipub.org/

Un article plus détaillé et complet est à venir dans quelques jours.

À ce sujet :

(2 commentaires)

    • Deflandre on 29 juin 2016 at 13 h 01 min
    • Répondre

    Génial ! J’avais l’impression d’être dans un rêve en voyant disparaitre près de chez moi (Hellemmes, Boulevard de Lezennes) la moitié des panneaux publicitaires. En espérant effectivement que ce ne soit qu’un début.
    Est-il possible d’avoir quelques précisions à propos des décisions qui entrent en application, je ne suis pas sûr de bien comprendre l’article de la voix du nord : « Contrairement à d’autres panneaux, de propriétaires privés ceux-là, que l’on trouve notamment aux entrées de ville. D’ailleurs, « leur nombre va passer de 278 à 140. » »

    Est-ce que ça signifie que la moitié de ces horreurs de panneaux gigantesques va être supprimée ? Par exemple, sur le boulevard de Lezennes aux environs du Castorama sont-ils concernés ? Comment distinguer les panneaux de propriétaires privés des autres ?

    1. Parmi les panneaux de pub, certains sont directement du mobilier urbain, par contrat entre la ville et l’afficheur Exterion Media, la ville vendant nos regards à l’afficheur qui les revend ensuite aux annonceurs. Parmi ceux-ci 13 vont être supprimés.
      D’autres dispositifs publicitaires sont installés en extérieur, notamment sur les façades, terrains d’immeubles, etc. Parmi ceux-ci, la moitié sont illégaux et sont enfin retirés après des années de requête auprès de la mairie.
      Le panneau de propriétaire privé est sur une propriété privée tandis que le panneau de ville est dans l’espace public (typiquement sur le trottoir). Distinction qui pose effectivement question, l’un comme l’autre étant visible depuis l’espace public et étant donc en quelque sorte dans l’espace visible public.
      Rendez-vous vendredi pour l’action :
      https://lille.antipub.org/action-la-ville-de-lille-doit-aller-plus-loin/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.