Lettre ouverte à Martine Aubry : La pub, on n’en veut pas !

martine-stop-pub-floute

Madame Aubry,

Début septembre, une pub géante a été installée sur le Palais des Beaux-Arts, avec votre aval. Depuis, des citoyen-ne-s se mobilisent pour la faire retirer, notamment avec une pétition qui a d’ores et déjà recueilli plus de 500 signatures.

Voir le Palais des Beaux-Arts ainsi transformé en support de la plus grande pub de la ville, c’est tout un symbole et le franchissement d’une nouvelle étape dans la métamorphose de l’espace public lillois en un espace publicitaire. Sous couvert d’une logique financière de course aux recettes, ne nous y trompons pas, ce que vous vendez au système publicitaire et marchand, ce sont les regards, des adultes comme des enfants, les images qui leurs arrivent, les perceptions qui leurs sont imposées.

Alors que se tiennent les Journées Européennes du Patrimoine, quelle image du patrimoine lillois donnez-vous en le bradant ainsi aux publicitaires ?

En signant le contrat publicitaire de la ville avec Clear Channel pour 225 panneaux de 2 m², vous continuez de nous imposer des « médias inzappables, que l’on choisit ou non de regarder ». C’est Clear Channel lui même qui les présente ainsi sur son site web.

Si on suit cette logique qui consiste à faire du financier la valeur cardinale, le critère principal, quitte à sacrifier tout le reste, quelle est la prochaine étape ? Des pubs pour de la malbouffe dans les écoles pour financer les travaux ? Une pub géante sur la mairie pour un 4×4 ?

Il est plus que temps d’arrêter l’invasion publicitaire à Lille et de redonner toute sa place à ce qui a du sens.

Citoyennement,

Résistance à l’Agression Publicitaire – Lille Métropole

1 réflexion au sujet de “Lettre ouverte à Martine Aubry : La pub, on n’en veut pas !

  1. Martine Aubry

    Sur un tel Bâtiment, nous pourrions apprécier une bâche de cette dimension créée par des artistes lillois ou des hauts de France…
    L’occasion pour vous à nouveau de montrer que vous êtes une femme de culture.
    Très cordialement
    Daniel Bridoux

Laisser un commentaire