Action de sensibilisation à la MEL

 

Lundi 1er juin, nous étions devant la Métropole Européenne de Lille pour informer les élus communaux qui siègent en son conseil sur les pouvoirs qu’ils ont sur la publicité. Nous avons ainsi donné le récapitulatif qui suit aux élu-e-s qui entraient. Il met en évidence deux points majeurs. Premièrement, le rôle qu’ils peuvent jouer sur les écrans publicitaires dans les transports publics (campagne en cours), ceux-ci relevant de leur compétence, la délégation de service public faisant d’ailleurs l’objet d’un conseil spécial en septembre. Deuxièmement, la réglementation de la publicité extérieure dans la métropole, c’est-à-dire la taille, la fréquence ou encore le caractère lumineux des supports, compétence qui passe des communes à la métropole avec l’adoption d’un règlement local de publicité intercommunal (RLPi) pour octobre (ndlr : repoussé à une date ultérieure). Nous suivons ce dossier de longue date et n’avons pas manqué d’envoyer nos préconisations en la matière aux membres du conseil.

L’action s’est bien déroulée, le tract informatif est arrivé à pas mal de ses destinataires directs ainsi qu’à des employés intéressés. De courts échanges ont eu lieu avec quelques membres du conseil à propos des deux sujets. N’hésitez pas à vous emparer de ce tract informatif et de l’adresser à des membres de votre conseil municipal mais aussi de le porter à la connaissance des citoyennes et citoyens. Nous comptons bien suivre avec attention les délibérations à venir.

 

Bilan de l’action Jour de la Nuit 2016

Panneau publicitaire lumineux recouvert du message "Nous voulons voir les étoiles"
Recouvrement d’un panneau publicitaire lumineux à l’entrée de la rue de Béthune

Voici un petit bilan de l’action que nous avons réalisée ce samedi 8 octobre pour Le Jour de la Nuit, opération de sensibilisation à la pollution lumineuse et à la protection de la biodiversité nocturne.

Le but de cette action était de sensibiliser les passants, les commerçants et les élus sur la pollution lumineuse et le gaspillage énergétique liés aux dispositifs publicitaires déployés dans l’espace public (enseignes, panneaux, etc.).

Notre joyeuse troupe composée d’une bonne vingtaine de participant-e-s a éteint 44 enseignes laissées allumées…

rue neuve, avant extinction
rue neuve, avant extinction
jour-nuit-extinction-apres
rue neuve, après extinction

 

Extinction du jules rue de Béthune
Extinction de l’enseigne Jules rue de Béthune

…et recouvert 8 panneaux de publicité.

jour-nuit-antipub-regardez-ciel jour-nuit-yeux-etoiles jour-nuit-arbre-antipub
Il est important de rappeler qu’un panneau de publicité consomme 1,7 kWh par jour en moyenne et qu’une famille de 4 personnes 8,5 kWh. Il suffit donc de 5 panneaux pour dépenser autant qu’une famille de 4 personnes ! Plus de détails sont disponibles sur le site de Zéro-Watt.

Des actions similaires d’autres groupes locaux de Résistance à l’Agression Publicitaire ont eu lieu conjointement dans d’autres villes (article à venir sur le site global de l’association).

Vous avez raté cette action mais souhaitez vous aussi agir ? Une boîte à outils est disponible par ici pour vous y aider.

Nous en profitons pour rappeler nos recommandations en matière de dispositifs lumineux pour le Règlement Local de Publicité Intercommunal en cours d’élaboration.


ecran-lomme-rue-grand-but
Écran lumineux publicitaire, rue du grand but à Lomme

Luminosité et animation

Interdiction des écrans publicitaires et dispositifs d’éclairages d’affiches

 

 


enseigne-lumineuse
Enseigne lumineuse allumée alors que l’établissement est fermé

Enseignes lumineuses

Extinction lorsque l’établissement est fermé ainsi qu’entre 9h et 17h

 

 

 

 


Signalements d’affichage sauvages à Lomme Bourg

Le 24 septembre 2016

À Monsieur Roger Vicot, maire de Lomme,

Nous vous adressons ce courrier afin de vous aider dans l’application du règlement de publicité à Lomme. Voici quelques infractions d’affichage sauvage, nous en avons constaté plusieurs dizaines ce jour (mais c’est le cas depuis plusieurs semaines, surtout pendant le week-end) autour du centre commercial du quartier Lomme Bourg.

ecole-erotisme-municipal-stop-pub
Pub (sexiste) pour le salon de l’érotisme collée sur un panneau d’affichage municipal à côté des écoles Defrenne et Minet

bourg-affichage-sauvage-stop-2 bourg-affichage-sauvage-stop-metro

Affichage sauvage aux entrées et sorties de la rocade et près de la station de métro Saint-Philibert

Nous comptons sur vous et les services municipaux pour faire retirer les dispositifs illégaux et faire respecter le règlement par ceux qui l’enfreignent.
Par ailleurs, nous vous invitons à prendre connaissance de nos propositions pour un règlement de publicité intercommunal clair et attaché au respect du cadre de vie des habitants ainsi qu’à l’image des communes.
Nous nous tenons disponibles pour tout renseignement complémentaire.

Citoyennement,
Résistance à l’Agression Publicitaire – Lille Métropole

Ajout du 30/09 :
6 jours après notre signalement, une partie de ces publicités illégales ont été retirées
ecole-municipal-sans-pub bourg-affichage-sauvage-retire

Pour vous aussi signaler des cas d’affichage sauvage à Lomme, un outil est mis à disposition sur internet, voici comment faire :

  1. Connectez-vous sur http://go.tellmycity.com/ (créez vous un compte si vous n’en avez pas déjà)
  2. localiser par une adresse l’endroit concerné
  3. choisir une catégorie (en l’occurrence Propreté > Affichage Sauvage)
  4. Ajouter de 0 à 4 photos
  5. Ajouter une description au signalement (je les ai renvoyés vers notre site)

JCDecaux prend ses aises dans le centre-ville lillois

Note : Article publié le 19 octobre 2015, mis à jour le 12 octobre 2016 (voir en fin d’article)

place_theatre1 grandplace2 faidherbe1
Ce samedi 17 octobre (2015), une dizaine de panneaux verticaux sur socle JCDecaux ont temporairement été installés dans le centre-ville pour faire la promotion d’un événement qui a lieu dans les jours qui viennent et dont JCDecaux est partenaire. Nous appelons la mairie à demander le retrait de ces panneaux pour plusieurs raisons :

– les panneaux ont notamment été installés à des endroits qui sont habituellement épargnés de publicité. Le cas le plus flagrant est celui de la Grand Place dans laquelle la publicité est proscrite. La mairie a d’ailleurs engagé un procès contre un commerce établi sur la Grand Place ayant disposé un grand écran publicitaire derrière sa vitrine, elle a notre soutien dans cette démarche. Accepter l’installation de panneaux dans cette zone est tout à fait contre-productif et paradoxal dans cette optique.

grandplace1

– sur le plan légal, JCDecaux est en infraction au code de l’environnement dans plusieurs endroits de la ville et plus largement de la métropole. Plus généralement, le fond de commerce de JCDecaux est le lavage de cerveaux, il dispose des publicités grand format qui s’imposent aux regards et pensées des gens partout dans le monde.

placeTheatre1 nouveauSiecle2
 

– il existe d’ores et déjà des espaces publicitaires dans la ville, pas la peine d’en rajouter. Imaginez un peu que chaque association/entreprise qui organise tel ou tel événement sur Lille s’installe à ce point dans l’espace public. Pourtant, demander le même traitement serait légitime. Sauf à considérer qu’il existe un régime de privilège particulier quand JCDecaux est partenaire d’un événement.


faidherbe2 nouveauSiecle1
Nous nous réunissons ce lundi 19 octobre (2015) à 18h30 au café citoyen pour en discuter, ainsi que du contenu de l’affiche et de l’événement en question et éventuellement exercer un droit de réponse dans l’espace public.

Addendum : L’événement en question étant notamment destiné à des entreprises, une hypothèse est que JCDecaux soit aussi en train de faire sa propre promotion auprès d’elles. Peut-être que ce sont elles qui sont ciblées en ayant disposé les panneaux sur la route entre la gare et le Nouveau Siècle où se tient l’événement.
Nous avons bien exercer une légitime réponse sur ces panneaux au cours d’une action lundi soir.

decaux-recouvrement-gare decaux-recouvrement-opera
Addendum 2016 : La mairie ne sait pas tirer les leçons de ses erreurs… un an plus tard, rebelote, encore une fois sur la Grand Place.
decaux-grand-place-2016

Fabien Delecroix, pour Résistance à l’Agression Publicitaire – Lille Métropole

Note : J’ai choisi de flouter le contenu des photos pour ne pas relayer l’opération de promotion. Avec mes excuses pour la piètre qualité des photos.

Affichage et immobilier

Dans le centre-ville lillois, de nombreuses affiches et bâches installées sur des bâtiments indiquent des opérations immobilières, comme la mise en location de bureaux ou la réalisation d’une vente. Cet affichage est parfois discret mais assez souvent très envahissant.

Le régime de réglementation qui s’applique est particulier, il s’agit de celui des enseignes temporaires. En effet, comme l’indique le Règlement Local de Publicité de la ville de Lille :

En application de l’article 18 du décret n° 82-211 du 24 février 1982, les enseignes temporaires sont soumises à autorisation du Maire lorsqu’elles sont installées sur un immeuble ou dans un lieu mentionné à l’article L. 581-4 du Code de l’Environnement ou lorsqu’elles sont scellées au sol ou installées sur le sol dans un lieu mentionné à l’article L. 581-8 du Code de l’Environnement. L’autorisation est délivrée après avis de l’Architecte des Bâtiments de France lorsqu’il s’agit d’enseignes temporaires installées pour plus de trois mois lorsqu’elles signalent des travaux publics ou des opérations immobilières de lotissement, construction, réhabilitation, location et vente et d’enseignes temporaires installées pour plus de trois mois lorsqu’elles signalent la location ou la vente de fonds de commerce, et situées sur un immeuble ou dans un lieu mentionné à l’article L. 581-4 du Code de l’Environnement.

Pour ce qui est de l’article L. 581-4 du code de l’environnement, il indique :

    I. – Toute publicité est interdite :

    1° Sur les immeubles classés parmi les monuments historiques ou inscrits à l’inventaire supplémentaire ;

    2° Sur les monuments naturels et dans les sites classés ;

    3° Dans les coeurs des parcs nationaux et les réserves naturelles ;

    4° Sur les arbres.

II. – Le maire ou, à défaut, le préfet, sur demande ou après avis du conseil municipal et après avis de la commission départementale compétente en matière de sites, peut en outre interdire par arrêté toute publicité sur des immeubles présentant un caractère esthétique, historique ou pittoresque.

III. – L’avis de la commission départementale compétente en matière de sites est réputé acquis s’il n’est pas intervenu dans un délai de deux mois à compter de la saisine par le préfet ou de la demande d’avis de la commission adressée par le maire au préfet.

Les règles sont donc généralement assez permissives sauf dans le cas de monuments historiques. Après, au-delà des règles, il y a surtout la volonté de la ville à intervenir pour préserver son espace public.

Encore un point à éclaircir pour le RLP intercommunal d’ailleurs !

Il est prévu d’illustrer et de compléter cet article bientôt.